Pourquoi la blatte de jardin rentre-t-elle dans votre maison ?

Alors qu’elle devrait demeurer paisiblement quelque part dans la nature, voilà qu’elle se permet de s’introduire sans gêne chez nous. Utile dans nos parterres, la blatte du jardin se transforme, la saison chaude venue, en insecte nuisible lorsqu’elle s’immisce dans notre demeure.

Portes, bardeaux, fenêtres, fondations… le moindre espacement lui permet de se faire un passage jusque dans la maison. En plus d’être incommodantes, les blattes de jardins (ou cafards de jardin) nuisent à la santé humaine.

Alors, pourquoi ces insectes pénètrent-ils chez nous ? Et que faire en cas d’invasion de cafards de jardin ? Réponses dans les lignes qui suivent !

Pourquoi ces rassemblements de blattes de jardins à la maison ?

Avant de répondre à cette question, il importe de connaitre le mode de vie des cafards de jardin. Comme ses homologues (blattes orientales, cafards germaniques…), cet insecte existe dans les seuls buts de se nourrir et de se reproduire. La blatte du jardin est particulièrement prolifique lors des saisons chaudes, périodes durant lesquelles la colonie manque péniblement de nourriture. En effet, les végétaux en décomposition dans nos jardins ne leur suffissent plus. Résultat : ces cafards décident ensemble de changer de lieu de nourrissage. Et puisque le jardin est situé près de votre maison, c’est tout naturellement qu’ils vont se résoudre à « squatter » chez vous. Ils parviennent à se faufiler partout, que ce soit par les interstices des portes et des fenêtres, des avant-toits ou des fissures des murs. Une fois à l’intérieur, ces nuisibles se réfugient essentiellement dans la cuisine : dans les placards, sous les appareils électroménagers, dans la poubelle…

Aucun habitat n’est à l’abri des cafards. Souvenez-vous que même si vous êtes à cheval sur l’hygiène, ces bestioles continueront toujours à pointer le bout de leur nez si votre maison constitue un environnement qui leur est favorable. Un peu de nourriture (même des miettes), de l’humidité et de la chaleur suffissent pour qu’elle s’adapte facilement à un milieu donné. Ce n’est pas pour rien si elle fait partie des familles de blattélidés les plus anciennes de la planète (elle a existé dès le Carbonifère, c’est-à-dire il y a plus de 200 millions d’années).

Les problèmes causés dans les maisons

Vous l’aurez compris, les cafards du jardin recherchent un lieu propice pour la nourriture et prennent donc d’assaut nos intérieurs.

Trouvons un professionnel dans votre ville, maintenant

demander un devis dans votre région

Concentrés en grand nombre, ces insectes peuvent entrainer un impact négatif direct sur l’homme. Outre la promiscuité visuelle engendrée par des tas de cafards chez soi, les nuisances sanitaires et olfactives sont les plus problématiques.

En effet, la blatte de jardin traine régulièrement dans des milieux salubres, ce qui veut dire qu’elle constitue un vecteur de bactéries. Une fois introduit chez vous, l’insecte souille vos appareils électroménagers, votre vaisselle et votre nourriture à chacun de ses passages. Résultat : l’apparition de diverses maladies comme la Salmonellose, la Gastro-entérite ou les affections parasitaires.

De plus, les cafards laissent derrière eux des défécations nauséabondes qui peuvent provoquer des allergies, des conjonctives ou encore des réactions urticaires chez les personnes sensibles (séniors, enfants, personnes immunodéficientes).

Qui sont les blattes de jardin ?

Fiche de présentation

OrdreBlattoptères
EspèceEctobius
Milieux de proliférationJardins et parfois dans les maisons
Mets préférésMatières organiques en décomposition, féculents, sucres, plastiques, papier…
NuisanceVisuelle, olfactive et sanitaire

Le cafard de jardin, de son nom scientifique Ectobius, appartient à l’ordre des blattoptères et fait partie de la famille des blattélidés.

Elle se nourrit principalement de matières organiques en décomposition, avec une voracité importante, particulièrement au stade larvaire. Il s’avère également qu’elle s’attaque aux papiers et aux plastiques lorsque les sources de nourritures se raréfient.

La blatte de jardin est originaire d’Amérique selon les scientifiques. Mais pour une raison encore inconnue, elle est parvenue à s’installer en Occident. Grâce à sa résistance et à son fort taux de reproduction, elle fait aujourd’hui partie des espèces de cafards les plus abondantes dans le vieux continent (derrière le cafard germanique et le cafard oriental).

Cette blatte présente une large gamme de coloris, allant du jaunâtre au noir, en passant par plusieurs nuances de bruns. L’adulte mesure entre 6 à 12 mm, possède 3 paires de pattes garnies d’épines et vit normalement de 6 à 12 mois selon la température.

Prolifiques, les femelles du cafard de jardin produisent des milliers d’œufs durant leur vie.

Différence entre la blatte de jardin et ses congénères

Comment la différencier d’un cafard germanique et d’un cafard noir ? Le cafard noir (ou cafard oriental) est facilement reconnaissable étant donné qu’il dépasse largement les 20 mm de long. Par contre, il sera plus compliqué de faire la distinction entre une blatte de jardin et une blatte germanique puisqu’elles peuvent avoir la même couleur. Le critère de différenciation principale reste l’aspect du premier segment : l’Allemande est dotée de 2 bandes noires (ou brunes) parallèles sur le pronotum. Chez son cousin, ce dernier est décoré de petits points noirs.

Critères de différenciationBlatte de jardin (Ectobius)Blatte germanique (Blattella Germanica)
AspectJaunâtre, marron, noirMarron
Taille6 à 12 mm de long13 à 16 mm de long
Signe particulierPetits points noirs sur la partie supérieure de l’exosquelette2 bandes sombres et parallèles sur le pronotum (premier segment)
Milieux de prédilectionJardin, cuisine, sous-sol, salle de bain…Cuisine, salle de bain, zone de stockage, sous les gros appareils électroménagers…

Comment lutter contre le cafard de jardin ?

1) Méthode préventive : soyez attentif durant les saisons chaudes !

La meilleure manière d’éviter une guerre sans fin contre les cafards de jardin consiste à les empêcher d’entrer chez vous. Voici quelques précautions à respecter durant le printemps et l’été !

  • Calfeutrez tous les espaces par lesquels ils peuvent se faufiler : bas de portes, fissures, le long des fenêtres…
  • Examinez les portes et les fenêtres de votre maison. Si vous voyez un ou plusieurs cafards à proximité, pulvérisez un insecticide sans tarder ou écrasez-les à terre (assez cruel, nous vous l’accordons !)
  • Ne laissez pas les portes et les fenêtres ouvertes trop longtemps.
  • Ne lésinez pas sur l’hygiène : nettoyez régulièrement les pièces de la maison, ne laissez aucune nourriture (même des miettes) à découvert et utilisez des boites hermétiques pour les conserver, fermez hermétiquement vos poubelles et videz-les quotidiennement.

Dans tous les cas, restez toujours vigilant si vous habitez dans un bâtiment collectif. Même si votre maison est nickel, l’hygiène douteuse des voisins ou l’état des canalisations peuvent entrainer une infestation de cafards.

2) Méthode curative : Comment se débarrasser des cafards de jardin ?

Lorsque le mal est fait, que ces bestioles ont pris d’assaut de votre demeure, se promenant sans gêne le long des murs, dans les ustensiles et dans les placards, vous avez 3 solutions possibles :

1) Les préparations faites maison2) Les pièges3) Le recours à une entreprise de désinsectisation
·         Pour cela, mélangez du concentré de lait avec de l’acide borique.

·         Vous obtiendrez alors une pâte malléable qui ne manquera pas d’attirer ces bestioles.

·         Fabriquez des petites boules que vous disperserez dans les zones infestées.

·         Renouvelez l’opération tous les 2 semaines.
La réalisation d’un piège pour cafards est relativement simple.

·         Munissez-vous d’un bocal en verre.

·         Recouvrez l’extérieur de bandes adhésives (afin de favoriser la montée des cafards)

·         Mettez un appât dans le bocal : des miettes de pains ou de biscuits feront l’affaire

·         Enduisez les parois intérieures du bocal avec de l’huile (à renouveler fréquemment) afin d’empêcher la fuite des cafards.

·         Une fois les cafards capturés, mettez le bocal quelques heures au congélateur afin de les tuer.
Si les deux premières méthodes n’ont pas marché et que ces bestioles pullulent toujours en nombre, il s’avère nécessaire de contacter une entreprise spécialisée en désinsectisation.
Contacter un expert nuisibles Devis gratuit dans votre ville